Qu’est-ce qu’une accompagnante et pourquoi diable pourrait-elle être utile?!

Qu’est-ce qu’une accompagnante à la naissance?

accompagnante à la naissanceTout d’abord, il convient de démystifier son rôle de celui des autres intervenants de la santé qui gravitent de près ou de loin autour de la grossesse. Entre les médecins de famille accoucheurs, les sages-femmes, les gynécologues-obstétriciens, les infirmières en périnatalité, les pédiatres, alouette!, la femme enceinte n’est-elle pas déjà assez bien entourée? Pourquoi chercherait-on à agrandir cette communauté déjà quelque peu envahissante, qui gravite autour de nous lorsqu’on tombe dans cette sacro-sainte période de notre vie qu’est l’enfantement et tout ce qui vient avec?

Pour comprendre l’utilité, et par le fait même, la raison d’exister des accompagnantes à la naissance, il faut, à priori, savoir ce qu’elles mangent en hiver. J’essaie donc d’y aller le plus clairement possible… Par où commencer?

Quand l’accompagnante est-elle présente?

D’abord, l’accompagnante à la naissance est (ou peut être) présente auprès des futurs parents (je parlerai ici, la majorité du temps de la femme, mais cela n’exclut évidemment pas le conjoint, ou même la conjointe… seulement, cela me permet d’alléger le texte, puis si il y a bien une seule personne qui est sûre et certaine de faire partie de ce processus, c’est bien la femme qui accouchera!) durant toute l’aventure… soit durant la grossesse, l’accouchement, ainsi que la période postnatale. Bon, déjà, on sait QUAND elle sera là! À ce moment, par contre, on peut se dire qu’un médecin est aussi présent durant ces étapes (bon, à moins qu’il ne soit pas de garde le jour de l’accouchement…), le gynécologue-obstétricien aussi… Puis, la sage-femme sera encore plus présente que ces deux-là… Voilà pourquoi il vaudrait mieux continuer maintenant.

Quel est son rôle?

Alors, quel est son rôle à l’accompagnante? En fait, elle a plusieurs rôles qu’onn pourrait tenter de résumer en deux mots: INFORMATION et SOUTIEN (tant émotif, que psychologique, que physique, etc.).   L’accompagnante est une professionnelle de la grossesse, de l’accouchement et de la période postnatale. Elle en connaît bien les données théoriques, physiques, ainsi que les tenants émotifs et psychologiques propres à cette période de la vie forte en émotions. Elle est en mesure d’informer les futurs parents sur divers sujets, dans le but qu’il puissent faire des choix éclairés. Elle a aussi un rôle de soutien, d’aide, d’accompagnement, d’écoute. Elle est là pour la future mère (parents..), et ce, tout au long du processus.

C’est encore flou? Je sais… Allons-y avec quelques exemples concrets:

L’accompagnante, durant la période prénatale, sera en mesure de:

  • donner des cours prénataux privés et personnalisés à domicile
  • informer les futurs parents sur divers sujets généraux dont: l’alimentation, l’activité physique, la sexualité, les stades de la grossesse, le développement du foetus, la santé générale durant la grossesse, etc.
  • proposer des méthodes naturelles et sans danger pour la préparation corporelle à l’accouchement
  • informer sur les tests prénataux, les interventions, les diagnostiques… ainsi que sur leurs avantages et inconvénients, et leurs alternatives
  • aider les futurs parents à la réalisation d’un plan de naissance
  • être disponible en tout temps pour répondre aux questions, calmer les angoisses, écouter, encourager, etc.
  • suggérer des lectures, des sources d’information et encourager les futurs parents à pousser plus loin leur réflexion dans le but, toujours, de faire des choix éclairés
  • etc.

Lors de l’accouchement, l’accompagnante:

  • sera présente en tout temps dès le début du travail actif, jusqu’à la naissance de l’enfant, puis encore une ou deux heures après la naissance
  • aidera le ou la partenaire à vivre l’accouchement à sa façon, à aider sa conjointe, en lui indiquant des points de pression, en le conseillant, en l’écoutant, en le rassurant… bref, il y a autant de façons de faire équipe avec le ou la partenaire qu’il y a de partenaires! Dans tous les cas, elle ne le/la remplace pas, et tend toujours à l’intégrer au maximum.
  • sera discrète, mais toujours disponible pour répondre aux besoins de la femme qui accouche, que ce soit pour aller lui chercher de l’eau, lui faire un massage, appliquer des points de pression, l’aider à se centrer…
  • pourra faire le lien entre la femme et les intervenants, dans le but de protéger sa bulle, de la laisser se concentrer sur la tâche la plus importante du monde: aider son enfant à naître
  • sera en mesure d’expliquer chacune des interventions, d’en démontrer les avantages et les inconvénients et de proposer des alternatives
  • proposera des solutions pour aider le travail, la gestion de la douleur: elle a plus d’un tour dans son sac!
  • collaborera à ce que le plan de naissance soit respecté dans la mesure du possible
  • etc.

Après l’accouchement, l’accompagnante:

  • restera un petit moment, discrètement, afin d’être présente si les nouveaux parents ont besoin d’elle
  • saura aider au bon démarrage de l’allaitement (elle est formé en allaitement, et ses connaissances seront idéalement à jour) ou au premier biberon
  • partira quand elle pourra admirer devant elle de nouveaux parents et un nouveau-né, heureux et en confiance
Dans la période postnatale, l’accompagnante:
  • continuera, pour une période plus ou moins longue, à être disponible pour répondre aux questions, interrogations, calmer les angoisses, écouter, etc.
  • effectuera quelques visites postnatales pour aider à l’allaitement, vérifier que toute la famille se porte bien, que la mère se repose suffisamment, informera sur la préparation des biberons, etc.
  • proposera des lectures et informera les parents des ressources à leur disposition
  • peut même aider à certaines tâches selon l’entente de service afin d’alléger celles des nouveaux parents…

Je m’arrête ici, sans quoi cela pourrait devenir lourd… la suite, et plus de précisions sur ce fabuleux métier dans un prochain post!